Nancy : enquête ouverte pour « homicides involontaires » suite à des dialyses abusives

Nancy : enquête ouverte pour « homicides involontaires » suite à des dialyses abusives
Le parquet de Nancy a ouvert une enquête préliminaire pour « homicides involontaires et blessures involontaires » après une plainte dénonçant des dialyses abusives.
Ecrit par Marco M leJeudi 28 mars 2024 - 06:47

Le parquet de Nancy a ouvert une enquête préliminaire pour « homicides involontaires et blessures involontaires » après la plainte contre X déposée par l’association Renaloo dénonçant des dialyses abusives mettant en danger la vie de patients dans une clinique nancéienne, a-t-on appris mercredi.

Selon Renaloo, qui a porté plainte en janvier, des « dizaines de patients » ont subi « pour des motifs financiers de multiples dialyses abusives, alors que leur état de santé ne le nécessitait pas ».

Le parquet de Nancy a confié les investigations à l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique (Oclaesp), a indiqué François Capin-Dulhoste, le procureur, confirmant une information de France-Bleu Lorraine. Dans le cadre de cette enquête, des perquisitions ont eu lieu le 22 mars à l’Hôpital privé Nancy-Lorraine, établissement du groupe Elsan.

« Nous nous sommes mis à la disposition des forces de l’ordre pour leur donner tous les éléments qu’ils nous ont réclamés », a indiqué le directeur, Olivier Teissedre. « C’est une situation qui nous heurte et nous agissons systématiquement de manière à faire toute la lumière sur cette histoire. Je rappelle que les indications médicales sont portées par des médecins libéraux, nous ne pouvons pas émettre d’avis sur leurs diagnostics. »

Selon lui, l’établissement fait également l’objet depuis septembre d’une « inspection » de l'Agence régionale de santé (ARS) et d’un « contrôle » de l'Assurance maladie, « toujours en cours ». Il assure qu’après la réalisation d’un audit, l’établissement a mis en place une organisation depuis l’automne 2023 lui permettant d’être « au-dessus des règles de l’art sur la mise en dialyse de tous les nouveaux patients ».

Enfin, l’établissement a mis fin le 22 février aux contrats qui le liaient à deux néphrologues opposés aux protocoles mis en place. Les deux médecins n’ont plus accès aux locaux depuis lundi. D’après l’association Renaloo, la Commission nationale de déontologie et d’alerte en santé publique et environnementale (Cndaspe) avait également signalé l’affaire au parquet de Nancy en septembre 2023.

(AFP)

Message d'état

Sorry…This form is closed to new submissions.

0 Commentaire

Restricted HTML

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHAThis question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
2 + 2 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.